English version

Histoire de la production de cidre

La fabrication du cidre et l'exploitation de la terre font partie de notre paysage familial.

En ce qui concerne la production cidricole, cette activité très importante durant la 1ère partie du 20ème siècle a fortement diminué après la seconde guerre mondiale, en effet, dans les années 80, elle ne représente plus que la consommation familiale.

C'est en octobre 1987 qu'une tempête puissante conjuguée à un sol détrempé par des pluies abondantes et des pommiers chargés de fruits se sont avérés redoutables pour le verger normand.

Suite à cet évènement, nous avons décidé mon frère et moi de replanter des pommiers à cidre.

Cette création de verger s’est faite avec un nouveau type d’arbres : le pommier basse tige, la différence par rapport au classique pommier de plein vent est la forme de l’arbre. Celui-ci, n’ayant pratiquement pas de tronc, est plus petit. Son mode de production et de culture sont différents.

Le pommier basse tige se cultive à une densité moyenne de 650 arbres à l’ha. Sa mise à fruits est plus rapide : il atteint sa production adulte à partir de 8 ans. Il nécessite un suivi plus important en ce qui concerne la taille, car c’est de celle-ci que l’on appelle « taille en axe vertical » que dépend le potentiel productif de l’arbre.

Ce type de verger ne permet pas d’autre culture, une des différences avec le pommier haute tige qui lui a été développé avec un tronc de 2m, une plantation de 100 pommiers à l'hectare, permettant aux vaches de manger l’herbe sous les arbres. Mais l’inconvénient principal du pommier haute tige est le temps qu’il faut attendre pour qu’il atteigne sa taille adulte, entre 18 et 20 ans, pour qu’il soit « économiquement viable».
Durée qui, à l’aube du 21èmé siècle, peut être considérée comme un luxe.

Notre domaine est composé actuellement de 9 ha de verger hautes tiges dont 6 sont situés à l’entrée du cimetière Américain et de 8 ha de pommiers basses tiges dont les premiers plants datent de 1988.
Les autres plantations s’échelonnent jusqu’en 2000.
1 demi-ha de poiriers a été planté en 2003. Pour 2011, 5ha de nouveaux vergers vont être mis en place.


A quoi servent toutes ces pommes ?

En 1988, lors de la plantation du 1er verger, le but était de vendre ces pommes aux transformateurs industriels mais très vite on s’est aperçu que ce système ne nous permettait pas de nous affirmer en tant que producteur.

Il nous fallait maîtriser l’ensemble de la transformation de la pomme. Ce pas fût franchi en 1991 avec 1500 bouteilles de cidre. C’est à ce moment là, avec d’autres producteurs du Bessin, et de Normandie, que nous avons commencé à suivre des formations pour découvrir toutes les subtilités de cette noble boisson le cidre bouché.

20 ans après, je continue toujours à apprendre, à améliorer la qualité de notre fabrication. Nous avons diversifié notre offre, après le cidre, nous avons distillé notre premier Calvados AOC en 1992.

Mis en œuvre notre premier Pommeau de Normandie en 1997, le jus de pomme est arrivé à cette même période.
Maintenant, nous fabriquons aussi du jus de poire, des apéritifs, de l’aigrelette de cidre, et d’autres produits.

La pomme, fruit du Paradis, est un atout formidable pour un passionné, elle permet de donner naissance à tant d’idées, de créations qu’elle devient un péché de gourmandise.

Et le plaisir que nous avons à travailler ce fruit, c’est avec joie que nous le partagerons avec vous, lors de la visite de la cidrerie et de la dégustation.